Toujours pas de chrysanthèmes pour les variables lourdes de la participation électorale

PUBLICATIONS

Toujours pas de chrysanthèmes pour les variables lourdes de la participation électorale

La séquence électorale de 2017 porte la marque de taux d’abstention élevés voir spectaculaires. Le second tour des législatives, avec 42,64% de votants, fut l’apogée d’une participation particulièrement érodée.

Loin d’uniformiser les individus derrière l’expression d’une opposition à l’égard des institutions, cette hausse de l’abstention creuse les inégalités socio-démographiques de participation et conforte un processus déjà bien engagé.

 

Résultat de recherche d'images pour "revue française de sciences politique"

Revue française de science politique

2017/6 (Vol. 67)

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

En prenant appui sur l’Enquête participation électorale 2017 de l’Insee, les auteurs (C. Braconnier ; B. Coulmont ; JY. Dormagen) montrent que la hausse de l’abstention enregistrée au cours de la séquence électorale 2017 – réelle mais contenue à la présidentielle, spectaculaire pour les législatives – n’est pas porteuse d’un processus d’égalisation des citoyens devant le vote. Au contraire, les inégalités socio-démographiques de participation n’ont fait que s’accroître au cours de la dernière décennie. Elles sont en premier lieu la conséquence des inégalités de scolarisation. La pertinence du modèle sociologique d’explication de la participation s’en trouve largement confirmée.

Plan de l’article

  1. Le modèle « sociologique » de l’abstention est-il toujours pertinent ?
  2. Les Enquêtes participation électorale de l’Insee

De fortes inégalités sociales de participation électorale

La famille fait voter

Le faible niveau d’études et l’âge sont les facteurs les plus prédictifs de l’abstention au premier tour de l’élection présidentielle

Le poids des variables lourdes augmente avec la hausse de l’abstention

Progression de l’abstention et augmentation des inégalités sociales de participation électorale entre 2007 et 2017

À PROPOS DES AUTEURS

Céline Braconnier est professeure de science politique à l’Université de Cergy-Pontoise, directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et directrice de la Chaire Citoyenneté

Baptiste Coulmont est sociologue, maître de conférences à l’université Paris 8

Jean-Yves Dormagen est professeur des universités en science politique à l’Université de Montpellier 1 et directeur de la Chaire Citoyenneté