Représenter la Guerre d’Algérie

PUBLICATIONS

Représenter la Guerre d'Algérie

A l’approche du 5 décembre, journée nationale d’hommage aux Morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, et alors que l’élection présidentielle algérienne doit avoir lieu le 12 décembre, la Chaire Citoyenneté de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye a souhaité revenir sur la difficulté sociale à saisir l’histoire de ce conflit, et les possibilités de l’appréhender hors des usages mémoriels conflictuels. Pour cela, nous avons demandé à deux personnalités qualifiées de traiter chacun une approche de cette question.

Dans cette note, Alexis Jenni traite des représentations du conflit et de la difficulté à en faire émerger une histoire commune. Analysant les arts, il procède finalement à une mise à nu des fonctionnements mémoriels de la société française.

À PROPOS DE L’ AUTEUR

Alexis Jenni est écrivain, il vient de publier Féroces infirmes chez Gallimard, roman amplement situé dans le cadre de la Guerre d’Algérie, mais traitant aussi de la question de la violence politique d’extrême droite, du rapatriement des Pieds-noirs, et de l’urbanisme. Il a obtenu en 2011 le prix Goncourt pour L’Art français de la guerre, premier roman déjà publié chez Gallimard et questionnant également les guerres de décolonisation.