Le rapport des enfants aux événements politiques

LA MINUTE RECHERCHE

Le sentiment d’appartenance à un « nous » musulmans : socialisation et opinion politique

« Quand les enfants parlent des événements de Charlie Hebdo, ils parlent beaucoup de la façon dont ils ont été gérés à l’école »

« La perception qu’ont eue les enfants de l’attentat Charlie Hebdo dépend de la socialisation familiale mais elle dépend aussi fortement de leur rapport à l’institution scolaire. »

Dans son article « L’attentat de Charlie Hebdo du point de vue d’élèves dits « musulmans » », Alice Simon confirme que l’action politique de l’école se situe surtout dans la familiarisation qu’elle opère avec les normes dominantes, lesquelles sont inégalement perçues et reçues selon les enfants.

En pleine rédaction de sa thèse sur le rapport des enfants à la politique, cet attentat a représenté une opportunité unique pour étudier la médiation de l’école dans la lecture des événements politiques.

Au-delà de rappeler le rôle marquant de l’école dans la socialisation politique des enfants, Alice Simon démontre que la position « anti-Charlie » des enfants n’exprime pas uniquement une position politique, mais également une position vis-à-vis de l’institution scolaire. Une position qui s’exprime au travers d’une assimilation entre le rejet de la lecture républicaine des événements et le rejet de l’autorité scolaire en général.

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

À PROPOS DE L’AUTEURE

Alice Simon est docteure en science politique, post-doctorante à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye. Ses recherches portent principalement sur les rapports des enfants à la politique, les rapports ordinaires à la politique ainsi que la socialisation politique à l’école.

L’attentat de Charlie Hebdo du point de vue d’élèves dits « musulmans » : étude sur l’action politique de l’école

Dans Agora débats/jeunesses 2018/1 (N° 78), pages 23 à 40

À VOIR AUSSI