«La critique des technocrates puise dans une mythologie conspirationniste qui remonte à la Guerre»